La Galerie Cécile Fakhoury présente l’exposition personnelle de Binta Diaw, Dïà s p o r a dans l’Espace Projet de la galerie à Abidjan, Côte d’Ivoire.

Date et heures d'ouvertures :
Date(s) - 25/09/2021 - 01/01/2022
Toute la journée

Lieu
Galerie Cecile Fakhoury

Type(s) d'exposition Pas de Catégories

Artiste(s) exposé(s) :

Une vague noire flottant à quelques centimètres du sol. Un taux d’humidité, légèrement supérieur à celui de l’air ambiant, un mouvement de vie imperceptible à l’œil nu mais pourtant très sensible. La sensation de l’organique qui se déploie à tous les niveaux de l’être, une plongée sensorielle et intellectuelle. Pour sa première exposition personnelle à Abidjan capitale de la cote d’ivoire, l’artiste italienne et sénégalaise Binta Diaw plonge dans la riche histoire de la tresse africaine et sa place centrale dans la transmission des savoirs vernaculaires. De la politique capillaire des années 1970 aux débats plus récents sur la notion d’appropriation culturelle, les cheveux africains sont porteurs d’un ensemble de réseaux sémiologiques qui n’ont cessé de fasciner le champ des études culturelles au cours des dernières décennies.

Binta Diaw, notamment, s’inspire pour cette exposition de la pratique du tressage par les femmes africaines dans les plantations. Certaines d’entre elles, revisitant les codes traditionnels de l’ornementation capillaire, ont transformé les motifs de leurs cheveux en une cartographie cryptique et évanescente des routes du marronnage, ces chemins secrets partagés entre esclaves pour tenter d’échapper à la plantation. Parfois, leurs cheveux, en plus des tracés géographiques abstraits, contenaient des graines de la patrie au cœur du tissage, placées là par les femmes et emportées dans l’espoir de trouver un foyer libre pour les disperser à nouveau. La pratique du tissage s’affirmait comme une pratique à la fois de résistance et de perpétuation.

Dïà s p o r a, le titre de l’exposition porte ainsi dans son écriture les notions fondamentales à la pratique artistique de Binta Diaw. L’origine grecque du mot éclaire les significations que l’artiste souhaite nous faire explorer :  » diaspora  » signifie  » disséminé – à travers « . Ce terme, dont le sens le plus courant décrit l’état de dispersion d’un peuple dans le monde, prend son sens organique dans l’installation monumentale de l’artiste. La dispersion est aussi celle des graines et avec elles, celles d’une culture de la terre, d’un savoir-faire et de la circulation d’une mémoire vivante. L’installation, comme la pratique du tissage autrefois, s’affirme comme des espaces fertiles d’où émergent ensemble le politique et le poétique. Conçue comme une œuvre collaborative réalisée avec des tresseurs ivoiriens, Dïà s p o r a est une expérience immersive, à la poésie sensuelle qui donne à voir par la pureté de ses formes, l’extraordinaire odyssée d’une humanité déracinée et nomade.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *